Quel modèle économique pour un magazine en ligne ?

Pour inaugurer ce blog, nous aimerions aborder un sujet qui intrigue bon nombre d’entre vous et qui concerne le modèle économique du magazine le train de 13h37.

En effet, le magazine publie chaque mardi deux nouveaux articles originaux pour lesquels leurs auteurs sont rémunérés. Il fallait donc trouver un modèle économique qui soit viable et qui nous permette d’être rentable.

Arriver à sortir une nouvelle édition chaque semaine n’est pas évident, mais finalement il s’agit là de quelque chose de plutôt facile. Cela demande surtout beaucoup de temps et d’énergie : nous y passons de nombreuses journées et une bonne partie de nos soirs et week-ends (surtout avec la  refonte qui se prépare et l’ajout des nouvelles fonctionnalités qui vont avec). Mais jusqu’à présent, force est de constater que nous nous en sortons plutôt bien puisque les éditions paraissent semaine après semaine. :)

Cela étant, l’investissement temporel à lui seul ne suffit pas : tôt ou tard la question de la rentabilité finit par se poser. Quel modèle économique pour ce type de publication, sachant que dès le départ une contrainte a été fixée : les contenus devaient être gratuits et accessibles à tous. Le choix d’une d’une licence Creative Common BY-NC-SA s’est naturellement imposé à nous.

Mais si les contenus sont gratuits, cela signifie qu’il faut s’appuyer sur d’autres éléments pour atteindre l’équilibre financier. Parmi les différentes pistes envisagées, voici les trois que nous avons retenues :

  • publicité ;
  • abonnement ;
  • vente de produits dérivés.

 La publicité : la « fausse bonne idée »

Nous avons spontanément pensé à la publicité comme premier moyen de monétisation. Mais pour que cela génère une entrée d’argent significative, il faut que le site ait une notorité suffisante pour générer un trafic important, ce qui n’est pas le cas d’un magazine qui se lance… Il est bien sûr possible d’organiser une régie interne en démarchant des annonceurs ciblés, mais cela demande du temps et certaines compétences que nous n’avons pas forcément.

De plus, l’affichage de publicités pose certains problèmes : nous n’avons pas la main sur le contenu qui est publié, et il nous est déjà arrivé de regretter certaines annonces. Nous sommes également conscients du fait que bon nombre de personnes utilisent des bloqueurs de pub, ce qui les rend finalement assez peu efficaces.

Je peux donc vous annoncer que pour la prochaine version du site (qui ne va plus tarder à arriver), la publicité sera supprimée.

C’est un pari qui nous plaît. Et si nous arrêtions de vendre des espaces sur notre site, le rendant moins agréable à consulter, alors que nous passons notre temps à travailler sur la qualité de l’expérience du lecteur ? À bien y réfléchir c’était assez antinomique…

Les abonnements : la solution « logique »

Nous y avons pensé dès le début car cela nous paraissait la voie la plus équitable, la plus logique et −on l’espère− la plus pérenne.

En effet nous vous proposons un service gratuitement (publier des articles de qualité chaque semaine) et si vous êtes convaincus, que vous voulez bénéficier de fonctionnalités supplémentaires, et que voulez que l’aventure continue, vous vous abonnez.

Cela colle bien à l’idée que nous nous faisons du projet : des auteurs rémunérés, un rythme de publication régulier, des articles disponibles gratuitement et des lecteurs qui s’abonnent car tout cet écosystème leur plaît.

Nous avons également voulu expérimenter et ne rien imposer : Quel devrait-être le juste prix de l’abonnement ? Est-ce qu’un étudiant devrait payer le même prix que le responsable technique d’une agence grand compte ?

C’est pourquoi nous avons décidé de vous laisser seuls juges du montant de l’abonnement en fonction de vos moyens et de la valeur que vous donnez au travail des Contrôleurs et des auteurs.

En toute transparence, voici les chiffres depuis le lancement : 720 € TTC via 29 abonnements (soit 2,07 € / abonnement en moyenne et 59% des abonnés à 1€/mois).

Nous sommes certainement de doux rêveurs mais nous sommes tout de même réalistes : à ce rythme les abonnements ne suffiront pas à couvrir nos dépenses. Nous le supposions avant de nous lancer et pour l’instant cela semble donc se vérifier. Ceci étant dit, nous pensons que les choses peuvent évoluer car le projet est récent et assez peu connu (si vous aimez ce qu’on fait n’hésitez pas à en parler autours de vous), et l’ergonomie actuelle du site ne met pas suffisamment en avant notre offre d’abonnement.

Nous ferons certainement mieux, tous ensemble, avec le temps. :)

La vente de produits : la solution « complémentaire »

Vendre pour vendre ne sert à rien, je pense que vous serez d’accord avec nous. Mais si les produits sont intéressants et utiles, alors ils ont de fortes chance de vous plaire, en tout cas on l’espère ! C’est pourquoi nous tentons cette voie-là également.

Comme nous l’avons annoncé, nous allons commencer par publier des livres. Des vrais. De ceux que l’on tient dans la main, que l’on peut respirer, toucher, écorner, prêter à un ami. Nous en avions l’envie depuis le tout début et nous l’avons fait !

Le premier sera disponible très prochainement (avant même la fin du moins de novembre) et sera suivi par un second ouvrage très rapidement. Nous aimerions pouvoir lancer une publication régulière, mais il est fort probable que tout se jouera sur l’accueil fait aux deux premiers livres. Nous vous donnerons bientôt plus de détails.

Les livres physiques seront naturellement accompagnés de leurs versions numériques (aux formats pdf et epub), sans DRM bien sûr, que vous pourrez au choix acheter dans un pack complet (papier + numérique) ou à part.

Si nous réfléchissons bien, la valeur ajoutée du magazine tient dans ses contenus et les articles aux formats numériques seront bientôt enfin accessibles à nos lecteurs abonnés 1ère Classe. Cela fait partie des « fonctionnalités » de confort supplémentaires intéressantes que nous avons voulu proposer.

Mais quid d’un lecteur de passage ? Pour lui, comme pour ceux qui nous lisent régulièrement sans pour autant franchir le pas de l’abonnement, il sera alors possible d’acheter des articles aux formats numériques à l’unité, afin de les lire tranquillement sur le support de leur choix lorsqu’ils ne sont pas connectés. Nous avons en tête d’aller encore un peu plus loin, mais nous vous en reparlerons le moment venu.

Sommes-nous sur les bons rails ?

Voici l’état de nos réflexions, de celles qui nous hantent parfois même la nuit ;)

Certaines idées échoueront peut-être… Mais nous essayons d’avancer en gardant en tête ces objectifs d’équité et de pérennité.

Nous sommes également preneurs de vos retours, sur comment vous voyez les chemins que nous empruntons et si vous pensez à un modèle économique qui nous aurait échappé ?
N’hésitez pas à nous fait part de vos impressions !

8 pensées sur “Quel modèle économique pour un magazine en ligne ?”

  1. et une version papier ? Un mensuel des articles publiés en ligne avec d’autres plus exclusifs.
    perso je serais prés a mettre 15 a 20e / mois pour une revue papier traitant du web avec un vertibale processus de validation des articles. A l’instar des revues scientifiques traditionnelles. Mais appliqué ici a l’informatique.

    1. Nous y pensons mais peut-être pas dans une version destinée au grand public. On réfléchi à l’intérêt d’un bimestriel/trimestriel papier pour les écoles et facs d’informatique. Mais si ça se fait, on permettrait à tout le monde de s’abonner quand même. Par contre peu probable qu’on puisse y ajouter du contenu supplémentaire.

  2. La version PDF des livres qui seront édités sera-t-elle accessible, dans le sens de l’accessibilité de sa consultation à tous, quels que soient les handicaps rencontrés (plus particulièrement, ceux qui nécessitent le recours à un lecteur d’écran) ?

  3. Je lis régulièrement les articles de qualité qui paraissent sur votre site et j’avoue que sans la lecture de ce billet, je n’aurais pas pensé à prendre un abonnement payant … mais là je vous découvre davantage et j’ai envie de soutenir l’initiative … je reviens …je vais chercher des sous …

  4. Bonjour,

    J’ai attéri sur votre page web suite à une recherche internet. Merci de votre transparence et reflexion. Je vous conseile un bon livre: le messager Millionnaire de Bernard Burchard qui pousse, cette pensée , à l’amricaine.

    Dans son idée du « expert academy », on regroupe une communauté autour d’une thèmétique intéressante, puis on crée des seminaires et du contenu autour , des événnements qui permettent de soutenir financièrement. Selon ses chiffres, il réussit à bien le faire aux USA.

    Je me pose la même question depuis des mois et je n’ai pas eu votre courage de me lancer. Néanmoins, l’envie de parage de la connaissance est la et doit malgrè tout faire face à cette réalité economique si on veut qu’elle perciste dans le temps

  5. Merci pour cet article sur le modèle économique pour des magazines en ligne. De mon point de vue, d’autres revenus sont à imaginer, outre la publicité, l’abonnement ou les produits dérivés.
    Par exemple, avoir une proposition de valeur dans son business model sur une niche, avec un segment clients bien précis, comme par exemple le http://www.lemaraismood.fr/
    et laisser libre cours à la créativité pour chercher des revenus alternatifs est possible!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *